Construction-carbone

Evolution du coût de la construction, des index du bâtiment et des cours du brut.

Evolution du coût de la construction, des index du bâtiment et des cours du brut.

février 1st, 2011 // 8:30 @ V.CAU

Les cours des matières premières remontent, le prix du baril de pétrole retrouve les valeurs de fin 2007, la barre des 100 $ n’est pas loin, même si la pente n’est pas celle de 2007-2008.

les cours officiel du baril

Jean Marc Jancovici a réalisé il y a quelques temps, un exercice fort instructif  « Le prix du pétrole gouverne t-il l’économie« .  La conclusion en est que :  l’économie est bien plus gouvernée par les prix de l’énergie (sa plus ou moins grande disponibilité) que par les arbitrages politico-économiques. J’ai cru reconnaitre récemment la courbe du prix du brut, dans un article du MONITEUR sur l’indice des prix de l’acier.

Le moniteur janvier 2011

Le moniteur janvier 2011

Sans prétendre à développer une quelconque étude, j’ai voulu comparer les coûts de la construction et leur évolution, à la courbe du brut américain. Voici ce que donne la compilation des courbes de :

  1. l’évolution des indices de coût de la construction (données INSEE)
  2. l’évolution de l’ indices BT01 (index général tous corps d’état)
  3. l’évolution de l ‘indice BT06 (béton armé et génie civil)
  4. la courbe des prix du baril (brut américain)

Toutes ces courbes sont en base 100 en janvier 2005, elles sont uniquement superposées.

courbes : BT, cout construction, brut : base 100 janv 2005

courbes : BT, cout construction, brut : base 100 janv 2005

Sans analyse, il semble que la courbe (rouge) du prix du baril de brut ait une avance sur les autres courbes.

Si la structure des indices BT et coût de la construction, comprend un composant « énergie », celui-ci gouverne t-il l’évolution de l’indice ? La structure de l’indice BT01 se compose de la manière suivante :

Salaires et charges
Matériaux
Matériel
Transport
Energie
Frais Divers
43%
32%
4%
3%
3%
15%

L’énergie ne « pèse » que pour 3% dans l’indice, il semble pourtant, vu l’évolution du graphe précédent, que le prix du brut conditionne son évolution. Les composants « salaires », « matériaux », matériel »… comprennent de l’énergie grise. Cela parait évident pour le poste « transports », où le coût du carburant doit bien être un élément non négligeable (20% pour ce poste). Le coût relatif au pneus représente 5%, mais si l’on va plus loin, les pneus sont fabriqués à base d’hydrocarbures (de caoutchouc naturel également, mais surtout pour les pneus de camions), il a fallu de  l’énergie pour l’usine, pour son personnel, pour fabriquer l’acier servant d’armature au pneus…il en est de même pour le poste matériel, frais divers, salaires : l’énergie est bel et bien partout.

Les coûts de la construction sont conditionnés par l’évolution du prix du baril. Si le prix du baril poursuit son évolution actuelle, les professionnels du secteurs peuvent dons s’attendre à voir une augmentation des prix. L’inertie de répercussion de la hausse par les entreprises est variable et dépendante de la vigueur de l’économie et du caractère concurrentiel du secteur. Pour les fabricants d’armatures, la hausse est quasi instantanée, les « armaturiers » ne vous proposent des offres de prix fermes que sur un mois.

Le bilan carbone(r) permet de quantifier la dépendance à l’énergie et d’analyser l’exposition au risque économique lié à une augmentation des prix de l’énergie.


Category : Bilan carbone chantier &Energie

Laissez une réponse