Construction-carbone

L’Ecotaxe : l’intérêt général sacrifié ?

L’Ecotaxe : l’intérêt général sacrifié ?

novembre 2nd, 2013 // 4:47 @ V.CAU

écotaxe

5 jours après la mise en veille du de l’écotaxe poids lourds et à la veille d’une nouvelle manifestation contre le projet, il y a lieu de s’interroger : faut-il écouter la fameuse sagesse populaire et remettre en cause ce projet  ou faire confiance à l’état planificateur et sa gestion de l’intérêt commun ?

Quels sont les avantages et inconvénients d’une taxe ?

Tout d’abord pourquoi une écotaxe ?

Le MEDDE la définie l’écotaxe de la manière suivante :  « L’écotaxe vise à instaurer un cercle vertueux : dans une logique écologique, c’est un signal prix pour inciter à modifier les comportements en faveur de modes de transport plus durables ; elle permet aussi de faire payer l’usage des routes par l’utilisateur réel, tout en dégageant des recettes pour financer les infrastructures de transport, notamment le rail et le transport fluvial. Comme elle concerne aussi les camions vides, elle sera dissuasive et incitera les transporteurs à rationaliser leurs tournées. »

Cette mesure, ne concerne que les transports de marchandises ne seront donc pas assujettis les bennes à ordures ménagères, grue, véhicule atelier ou de dépannage.

Le principe d’écotaxe existe déjà dans de nombreux pays européens : Suisse, Autriche, Allemagne, République tchèque, Slovaquie. «En Allemagne l’écotaxe existe depuis 2005, sans poser aucun problème ni aux entreprises ni aux transporteurs… De 0,14€ à 0,28€ par kilomètre, la « LKW Maut » n’a pas asphyxié le transport routier, bien au contraire. L’autoroute A5 qui traverse le Baden-Würtemberg est élargie à deux fois trois voies, grâce aux recettes de cette écotaxe ».

Les inconvénients :

Le premier inconvénient (et de loin) et de nommer cette mesure « taxe ». Dans la période actuelle, ce seul fait cristallise la colère et annihile toute réflexion froide et tout discours argumenté. L’inconvénient connexe, « au second ordre » ou par ricochet, et d’associer « éco » à « taxe », ce qui in fine conduit (déjà) à un rejet de tout ce qui est éco. Il ne serait pas étonnant que la « valeur verte » disparaisse petit à petit, dans les messages des communicants.

Les prix des produits augmenteront proportionnellement à leur « teneur en transports routiers ». Il va y donc y avoir des augmentations de prix difficilement comprises par les consommateurs (difficile pour le consommateur moyen d’avoir la notion des transports nécessaires à la mise à disposition de leurs produits préférés). Difficile également de savoir comment les prix pourraient être répercutés. En théorie les Palets bretons devraient être moins chers à Quimper qu’à Nice (ce qui serait pure logique). Globalement l’augmentation attendue est  de l’ordre de 4% du prix des transports, le prix des transports dans les marchandises étant estimé à environ 10% (source Developpement-durable.gouv.fr)

Certaines régions périphériques  « isolées » car mal desservies par les autoroutes (non impactées par la taxe, mais à péage…) seraient désavantagées. Il a donc été mis en place un abattement de 50% pour la Bretagne et 30% pour Midi-Pyrénées et l’Aquitaine.

De la même manière que pour les fuites de carbone, les distorsions de « fiscalité routière » pourraient entraver les entreprises françaises. Les produits nécessitant beaucoup de transports pour leur fabrication (plusieurs passages sous les portiques) pourraient être défavorisés par rapport à leurs concurrents étrangers (ne passant sous le portique que du port à la plateforme de distribution). Ce qui veut dire que le produit est fortement dépendant de transport , et que « ça risque de secouer » avec la contrainte énergétique qui va se faire de plus en plus mordante.

Les avantages :

Le gros avantage d’une taxe est qu’elle s’applique à celui qui bénéficie de l’usage, ce qui pourrait aller à  l’encontre de la solidarité ou de la notion de service public, mais permet de donner une réalité économique à un flux physique. Elle est censée permettre de réorienter une activité lorsqu’un problème a été identifié pour cette activité. Si l’on identifie un ou des problèmes (contrainte énergétique, émissions de gaz à effet de serre, financement des infrastructures), il est du devoir de l’état planificateur d’anticiper et de mettre en place des mesures de « protection ». La taxe fait partie de ces mesures.

La taxe mettra à contribution nos amis européens qui transitent et profitent de notre réseau. Le concessionnaire espagnol qui fera venir des véhicules d’Allemagne contribuera également au financement et à l’entretien de notre réseau (comme pour les autoroutes).

L’écotaxe doit également ramener des recettes destinées à « améliorer le réseau », développer les modes plus durables (rail et transport fluvial). Sur ce point, on peut constater une cohérence dans les grands projets nationaux, qui font la part belle zones périphériques et mal desservies. Par exemple avec les chantiers en cours : la LGV Bretagne – Pays de Loire et ses 200 ouvrages d’art et 3.4 milliards d’euros ou la LGV Tours-Bordeaux (500 ouvrages et 7.8 milliards d’euros).

Elle permet d’anticiper une contrainte qui va arriver, que l’on manifeste ou pas : le renchérissement inéluctable du prix des transports. La contrainte (si elle ne tue pas) pousse à prendre des mesures pour en réduire l’emprise qu’elle exerce. Une taxe sur les transports doit pousser ceux qui y sont assujettis à revoir leur fonctionnement, et donc à anticiper la contrainte énergétique.

Quelles options reste-t-il finalement ?

Mise en place de l’écotaxe :

Les produits « voyageurs » sont impactés et «tout le monde »  en supporte le surcout. Il y a inflation pour certains produits. Comme pour tout changement de règles, il y aura des gagnants et des perdants. Il est probable que cette taxe permette d’anticiper la contrainte énergétique sur les transports et armera donc les entreprises françaises pour affronter les difficultés qui vont s’exacerber.

Pas d’écotaxe (business as usual)

Dans ce cas nous avons les choix suivants :

  1. Ne rien faire, dans l’état des finances nationales et des collectivités locales cela revient à  laisser se dégrader nos réseaux routiers et renoncer à  développer d’autres modes qui pourraient nous sauver la mise plus tard.
  2. Faire « participer » le contribuable au lieu de l’usager, ce qui est le cas aujourd’hui (seuls 50% des foyers fiscaux payent l’impôt sur le revenu aujourd’hui !). Contrairement aux autres modes de transports qui doivent (en grande partie) assurer leur propre financement (le ferroviaire, l’aérien, le fluvial), le réseau routier est financé par le contribuable, qu’il en profite beaucoup ou pas. L’abandon de l’écotaxe, c’est renvoyer la facture au contribuable plutôt qu’à l’usager, avec un supplément de 800 millions à 1 milliard d’euros pour rupture de contrat avec Ecomouv et l’obligation de trouver ailleurs de quoi équilibrer le budget de l’État.
  3. Taper encore une foi dans la dette ! Réduire le nombre d’infirmières, d’aides-soignantes d’instits, de profs, de militaires, de fonctionnaires…

Conclusion :

L’intérêt commun semble passer après la colère. Renoncer parce que c’est difficile n’est pas le meilleur signal et la meilleure chose pour mettre notre pays sur les rails. Tout cela n’annonce pas de lendemains sereins dans une période qui va nécessiter de nombreux changement et la remise en cause de bien des mécanismes économiques considérés aujourd’hui comme acquis.

“Le plus grand danger qui nous guette n’est pas de nous assigner un objectif trop ambitieux et de le manquer… mais de nous assigner un objectif trop facilement atteignable…et de l’atteindre” Michelangelo


Category : Economie

4 Comments → “L’Ecotaxe : l’intérêt général sacrifié ?”

  1. [...]   [...]

    Réponse

  2. Quentin

    3 années il y a

    J’espère que l’écotaxe finira par être mise en place. Pour une fois qu’un impôt ne taxe pas le travail !

    Malheureusement, beaucoup de nos concitoyens raisonnent à périmètre trop constant. Je suis en train de préparer la construction d’un parc éolien dans la somme. Ce parc me donne un peu de fil à retordre localement, non pas à cause de l’opposition mais du fait de sa grande proximité avec le canal sein-nord-europe.

    Aujourd’hui, cette infrastructure est remise en cause (contrairement à l’aéroport). Voici une anecdote glanée dans le village où je dois faire mon parc éolien.

    Quidam 1 : « Vos éoliennes, c’est vraiment un super projet, c’est hyper écolo et ça va remplacer le nucléaire »

    Je laisse dire… Il est loin d’avoir raison, mais l’éolien me nourrit

    Quidam 2 : « Mais non, c’est nul, ça ne produit rien, ça bouche la vue et ça fait du bruit. En plus c’est hyper cher. Par contre, l’abandon du canal seine nord, là c’est une grosse connerie, quand on voit la file de camion sur l’A1″

    Je continue à laisser la conversation.

    Quidam 1 : « Le canal seine nord, ah non, ça va faire perdre plein d’emploi dans le transport routier »

    Je profite qu’ils sont sont exprimés sur les deux sujets pour mettre mon grain de sel. Contrairement à eux, je suis pour les deux projets.

    - Le parc éolien, parce qu’il me nourrit… mais aussi parce que, contrairement à l’Allemagne, la France peut encore en installer quelques unes avant de déstabiliser sa production électrique (mais qu’il ne faut pas les voir comme un substitut au nucléaire).

    - Le canal parce qu’il évitera beaucoup d’émissions de CO2 et beaucoup de déficit extérieur.

    Je leur dit aussi qu’à mon sens, le canal est bien plus important à réaliser que le parc éolien (même si c’est ce dernier qui se fera).

    Mon constat : c’est que ces deux personnes sont aveuglés par des effets de loupe :
    - les emplois des transporteurs routiers (mais ils ont oublié les accidents, les cancers, le pétrole qu’il faut acheter aux saoudiens et qui est de plus en plus cher,…)
    - Les centrales nucléaires et les parcs éoliens qui médiatiquement concentrent la totalité des enjeux énergétiques, alors que les vrais problèmes sont ailleurs. De plus l’opposant à l’éolien y voit quelque chose qui lui gâche le paysage, le pro voit le remplacement des centrales nucléaires.

    Peu sont ceux qui tentent de raisonner global et long terme.

    Réponse

    • V.CAU

      3 années il y a

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. La profusion d’information plus ou moins contradictoire sur ces sujets trouble la perception. Chacun pense être spécialiste et est convaincu parce qu’il a lu la presse…

      Par ailleurs, au vu de votre activité, je vous conseille la lecture d’un document tout à fait exceptionnel sur le stockage de l’électricité (les grands enjeux au niveau d’un pays, intermittence, les ENR, la robustesse du réseau, les REx dans différents pays…).
      La France et le stockage de l’électricité J. Assoun, R. Ferrier, F. Peaudecerf
      http://www.annales.org/gazette/2013/memoire_assoun_ferrier.pdf

      Cordialement

      Réponse

      • Quentin

        3 années il y a

        Merci pour le pdf, je vais le lire avec attention.

        Réponse

Laissez une réponse