Construction-carbone

Le prix du CO2 c’est quoi ?

Le prix du CO2 c’est quoi ?

janvier 3rd, 2010 // 12:00 @ V.CAU

http://lh6.ggpht.com/_59ksE5Zs4h4/S0DQfnbnK_I/AAAAAAAAAFQ/Ns4fzvlmQkk/s576/Sans%20titre.jpg
Le montant d’une taxe, c’est un prix a payer, mais que paye t-on exactement. Quand vous achetez du poisson, vous savez, au moins pour quoi vous payez. Vous savez ? En êtes vous sûr ?

Je viens de relire le bouquin de JM. Jancovici et A. Grandjean « C’est Maintenant », je me suis a nouveau délecté du chapitre sur « les deux énarques de l’île de Paques ». Ils décortiquent de manière basique et synthétique le fonctionnement de nos économies.

La questions que posent les Auteurs , lorsque vous achetez du poisson… le prix c’est quoi ? … qu’est ce que vous payez ?: question bête ?
…ben, non, vous n’achetez pas du poisson, du moins, vous ne payez pas le poisson. En effet, vous payez la contrepartie de l’ensemble des salaires dont « dépend » la présence de votre poisson sur l’étal : le salaire du pêcheur, celui du charpentier qui a construit le bateau, celui du banquier qui a prêté l’argent au pêcheur pour qu’il achète le bateau, le salaire de celui qui a transporté le poisson, celui de celui qui a fabriqué le camion, celui du banquier qui a prêté au transporteur, le salaire du commerçant, de celui qui a construit le commerce…and so on. Bref, vous ne payez pas le poisson, mais les Hommes qui interviennent le long de la chaine de commercialisation. (Bête notion d’économie?)
On ne paye pas la nature, le poisson est apparu, lui, tout seul dans l’océan sans l’aide de personne. on paye uniquement le salaire de celui qui en profite, qui possède, ou qui intervient dans la chaine de production, logistique, commercialisation du produit… » L’économie ne constitue qu’à acheter des heures de travail et des rentes, à des gens qui ont transformé les ressources naturelles ou qui se trouvent en être les propriétaires du moment, mais ne les ont pas créées. »

Donc si je suis caricatural, pour 2 produits identiques, si l’un est plus cher que l’autre c’est qu’il a nécessité plus d’heures humaines de travail le long de la chaine de production…(je vous avez prévenu, je caricature un poil, il y a un peu de spéculation liée à l’offre et la demande).
Si ma daurade est pêchée par le « vieil homme et la mer » sur sa petite barque, le coût de la journée de travail du vieil homme (+le salaire de celui qui a prêté pour la barque (amortissement de la barque)+les salaires des comptables,assureurs…les frais généraux+le bénéfice) sera répercuté sur la « maigre » recette, les quelques poissons de notre homme. Mais, si les daurades sont pêchées par milliers par des navires (à la Star wars), de véritables « navire usine », avec radars et toute la technologie high tech. Les salaires des quelques marins (les salaires et rentes pour l’amortissement du tank des mers, les FG, etc…) seront répercutés sur quelles dizaines de tonnes de poissons, d’où un prix unitaire moindre. Poisson cher ! poisson pas cher!

Donc, tant que l’on ne compte que les salaires dans cette affaire, les vainqueurs sont les pays qui ont recours au dumping social, aux lowsalaires. Pour baisser les prix, on a « intérêt » à utiliser le maximum de ressources naturelles (fioul, acier pour le navire…, ou plus exactement salaires dont ils dépendent, encore une foi) plutôt que des salaires de marins directement. On oublie donc aujourd’hui les ressources naturelles et l’énergie (finalement seules composantes « hors salaires »).

Plus vous consommez de poissons, plus vous payez des gens, vous n’avez aucune vision de ce qui ce passe sur la ressource. Mais, ce système ne fonctionne que si la contrainte sur les ressources n’est pas ou peu sensible. Dès que ce n’est plus le cas, le mécanisme de l’offre et la demande et la spéculation, se greffe sur le système précédent.Alors que lorsque l’on paye une taxe, on ne paye pas les heures de travail associées au produit, mais un forfait sur une quantité (pour la TVA c’est un forfait sur un prix, donc grosso modo sur des heures de travail). Dans le cas de la taxe carbone, ça correspond au prix que l’on fixe pour la ressource. Si, demain la taxe est appliquée, qu’elle est répercutée instantanément et visiblement (monde vertueux!) sur l’ensemble de matériaux, prestations, tout ce qui de paye…
On pourrait avoir par exemple:

1 m3 de béton : 80 € HT
15.68€ TVA
2.14 €  taxe carbone   126kg CO2(hydrocarbures)/m3 * 17€/tonne de CO2

La taxe est décorrélée du prix, elle quantifie juste la teneur en hydrocarbures du matériaux, de son processus de fabrication. Elle donne la vision de la dépendance, dans votre m3 de béton vous avez pour 2.14€ de taxe carbone (soit 126 kg de CO2).


Category : Bilan carbone

Laissez une réponse