Construction-carbone

Les consommations énergétiques d’un chantier.

Les consommations énergétiques d’un chantier.

juin 10th, 2011 // 9:08 @ V.CAU

Combien faut-il d’euros « énergétiques » pour facturer un euro de production sur chantier ?

Un chantier nécessite de lourdes consommations énergétiques. Les professionnels du secteur vous indiqueront que la part de l’énergie (électricité, gasoil) représente 2, voire 5 ou 7% selon le type de chantier et le matériel mobilisé. Vous pouvez donc brutalement penser qu’une augmentation sensible du prix de l’énergie n’aura qu’un impact proportionnel à ces valeurs. Pourtant…

Comme le répète, à l’envie, le père du bilan carbone® JM Jancovici, l’énergie est l’unité de mesure du changement d’état physique d’un système :

la définition de l'énergie

l'énergie selon Janco

Or, un chantier : c’est transformer un espace vide, un terrain nu ou bâtiment A, en ouvrage différent B, c’est par nature modifier l’état d’un système. Donc, globalement, un chantier c’est de l’énergie avec un peu « d’autres trucs » autour.

Statistiquement, la moyenne de l’industrie manufacturière en France, est d’environ 0.100 kg éq. C par euro de chiffre d’affaire (source JM Jancovici également), nous sommes dans le bâtiment au dessus, les émissions de GES d’un chantier de gros œuvre sont plus vraisemblablement, de l’ordre de 0.200  kg éq. C par euro de chiffre d’affaire HT.(c’est sensiblement la même proportion pour un chantier tous corps d’états).

ratio émissions de GES par euro facturé

(édit du 30 aout 2011 : voir la dernière publication de JMJ sur ce sujet « L’énergie de quoi s’agit-il exactement ?)

Et, alors ! Me direz-vous.

S’il l’on ne prend dans cette valeur que les émissions relatives aux émissions énergétiques, en supprimant les émissions de décarbonatation (production de ciment), les émissions de gaz à effet de serre qui n’ont pas de rapport avec le fait de brûler des hydrocarbures.  Ces émissions sont loin d’être négligeables pour un chantier gros œuvre, il nous reste 0.142 kg éq. C /€ de CA.

Si l’on prend l’hypothèse (raisonnable)  que ces émissions énergétiques proviennent à 80% de gasoil et 20% d’électricité (réseau français). Nous déduisons qu’il faut 0.142 litre de gasoil et 1.235 kWh d’électricité pour facturer 1 €HT.

Maintenant, retournons aux euros sonnants et trébuchants : à 1.30 € le litre de gasoil et 0.21 euro le kWh (moyenne des factures pour un tarif jaune 108kVA, tarif été et hivers) : Nous déduisons qu’il faut 0.37€ HT (d’hydrocarbures) par euro HT de chiffre d’affaire. Donc, globalement, l’énergie nécessaire au chantier ne représente pas 5 ou 7%, mais plus de 1/3 de la facture.

Que ce passe-t-il si le coût de l’énergie double ? …passée l’inertie nécessaire à tous les maillons de la chaine pour subir, encaisser et finalement répercuter la hausse…Quel est l’impact pour  le chantier, l’entreprise mais surtout pour le client final ???


Category : Bilan carbone &Bilan carbone chantier &Energie &le Blog

4 Comments → “Les consommations énergétiques d’un chantier.”

  1. [...] Tout d’abord, pour fixer les enjeux, rappelons que l’Union Européenne s’est engagée à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, ceci à l’horizon 2020 (demain). La France s’est engagée, de manière complémentaire, à diviser par quatre ses émissions de GES d’ici à 2050 (le facteur 4). Le programme est ambitieux, la récente RT2012[1] est une réponse pour le secteur du bâtiment. Cette réponse est malheureusement partielle, comme j’essaie de le démontrer sur ce blog, l’énergie grise de la construction compense une grande partie des efforts réalisés sur la consommation. En première approximation, on peut estimer les émissions d’un chantier de construction de gros œuvre à environ à 200g éq. C /€ de CA pour les émissions de GES et 140 q éq. C/€ pour… [...]

    Réponse
  2. [...] La période actuelle parait bien sombre à tous ceux qui espèrent une prise en compte de la contrainte carbone. Les 2°C de réchauffement sont acquis « Le monde se dirige vers un changement climatique irréversible » selon l’AIE, le Canada claque la porte du protocole de Kyoto (et de ce qui pourrait suivre). Le prix du pétrole (Brent) est durablement installé au dessus des 100$/b et cela n’inquiète plus personne. Le sentiment qui domine est que le réchauffement climatique et le la contrainte énergétique est une préoccupation de période faste et de croissance à gogo. Aujourd’hui le temps n’est plus à s’amuser avec ces élucubrations, il faut s’occuper en priorité des choses importantes, les dettes, l’économie la croissance. Rares sont ceux qui voient une corrélation entre disponibilité en énergie et PIB, ou prix de l’énergie et cout de construction. [...]

    Réponse

    • Aline

      4 années il y a

      Bonjour,Ce petit message pour vous onnancer que notre blog BU Sciences c’est be9ton est enfin abandonne9 pour laisser la place e0 notre nouveau blog BloBuss .Bon courage pour vos travauxCordialement,Henriette de DaranBU SciencesSCD Toulouse 3

      Réponse
  3. [...] Il est logique de retrouver le coût  de l’énergie dans le prix des produits. Pour une entreprise de gros œuvre la « dépense » directe et indirecte pour l&#821… (1/3 du chiffre d’affaire représente des dépenses [...]

    Réponse

Laissez une réponse